Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Je me retourne et je te regarde, 2020, avec un regard bien particulier.

Tu es arrivé comme chaque année dans le froid et la grisaille parisienne, pas plus prometteuse que les autres, pas plus brillante, pas plus pleine des promesses que l’on se fait que précédemment.

 

Pendant que tu prenais tes quartiers, tu as tout chamboulé. Collectivement bien sûr, personne ne s’était imaginé une année aussi dingue. Nous avons appris à être, pas moins sociables, mais sociables différemment. Certains se sont introspecté, d’autres ont râlé. Tous se sont adaptés.

Individuellement aussi. J’ai tout remis en cause. Une demi vie les yeux bandés ou une vie pleine, plus intense. Mon choix est vite fait. Je ne transige pas plus en 2020 qu’une autre année sur le bonheur, la joie. Bien sûr ce bonheur que j’exige pour moi-même a parfois un coût, mais une fois le prix payé, il permet de se rendre compte de tout ce qui se blottis en nous et que l’on ne soupçonne pas : le courage, la force, la résilience.

 

Pendant que tu étais là, je suis redevenue courageuse, audacieuse et téméraire.

 

J’en ai eu assez de sentir que ça ne tournait pas rond et de ne pas m’écouter, de ne plus assez sourire.

 

J’ai pris une décision, encore, qui a tout changé. J’ai enfin eu le courage d’avancer. J’ai eu ce courage la, celui de choisir celle que je voulais être.

 

Alors toi, 2021, qui arrive, je te préviens que je vais l’aimer. Et que je vais m’aimer. Pour tout ce que celle qui était avant toi m’a laissé comme un héritage : des ressources et des recoins que je n’imaginaient pas enfouis au fond de moi.

 

Les mots de Brel avaient résonnés en moi, et comme les mots sont fait pour que l’on se les approprie, voilà ce que je vous souhaite :

année- voeux

 

 

%d blogueurs aiment cette page :