Paste your Google Webmaster Tools verification code here

J’habite Aubervilliers, dans un lycée qui voit devant son entrée un amas de jeunes, qui brûlent des poubelles, renversent des voitures et m’empêchent au moment ou j’écris d’aller chercher mon fils à l’école.

Ces jeunes, je les vois matin et soir,je les observe dans la cour et je vois leur violence. Elle monte depuis des semaines. Elle n’a pas été physique de suite, mais elle est verbale. Verbale et violente. Ils n’ont pas de limites, pas d’éducation, aucun respect.

Aujourd’hui, je suis rentrée chez moi accompagnée de 5 policiers et d’autant de boucliers avec cette question de leur part: « seront-ils hostiles contre vous? »

Je ne sais pas.

Voilà ma réponse: ils sont imprévisibles.

Pas plus tard que la semaine dernière, une jeune fille a beuglé, car il n’y a pas d’autres mots, contre mon fils qui courait sur le trottoir et qui a effleuré son pied: « Wesh,qu’est ce qu’il a lui? ». « 5 ans, une innocence et une tolérance qui vous manque,Mademoiselle ». Elle m’a tutoyé, et insulté. J’ai tourné les yeux et suis partie.

Voilà ce qui se passe. Par peur, oui, par peur, on détourne le regard. Ils sont littéralement livrés à eux même dans ces villes et dès très jeunes. Il arrive que des enfants soient laissés seuls le matin devant l’école maternelle et que ce soit nous, d’autres parents, qui ne les connaissons pas, qui les emmènent dans leurs classes.

C’est une faute éducative de laisser ces enfants sans explications de l’actualité, de les laisser en proie à une propagande de leurs professeurs et des syndicats étudiants. Les parents sont autant responsables que leurs enfants des actes qui se passent ici.

Je suis en colère aujourd’hui car je ne peux pas circuler dans la rue, que je rentre chez moi accompagnée de policiers parce que sur Paris, la situation est grave, qu’elle laissera des séquelles et que c’est à nous, parents, de parfois sévir oui, un peu loin de la bienveillance à la mode, mais surtout d’accompagner et d’expliquer.

 

%d blogueurs aiment cette page :