Paste your Google Webmaster Tools verification code here

« Je vais encore être à la bourre. Ce flutain de téléphone sonne tout le temps au moment où j’enfile ma veste. »

Primijolie file à toute vitesse vers l’ascenseur, récupère sa voiture et sort en trombe de l’immeuble que la société qui l’emploie occupe. Aujourd’hui, elle n’est pas en métro. Elle a un rendez-vous important avec une partie d’elle même et ne voulait pas être parasitée par les odeurs et autres mains déplacées des usagers.

“Tu la bouges ta caisse oui! Oh la seconde, ça te parle? Le clignotant, une option sur ta poubelle?”

Primijolie est comme ça, bon cliché de parisienne au volant. Pas plus énervée qu’à son habitude, mais plus rien ne compte que ce rendez-vous. Chérichou doit la rejoindre au centre d’échographie. Il est prévenu, s’il a le moindre retard, il en paiera les conséquences, Primijolie n’est pas tendre aujourd’hui.

La voilà garée, sac à main et dossier Crevette en main, prête à ce tête à tête.

Chérichou l’a prévenu qu’il était en train de se garer, elle respire, tout va bien. Lui aussi doit pousser un soupir de soulagement, il sait que même un accident n’aurait pu excuser la moindre minute de retard.

“J’ai pris un peu de grenadine, tu en veux? Chérichou fait l’étonné car je n’aime pas la grenadine en temps normal, mais je pense que crevette en raffole. Je sais qu’à ce moment là, il s’imagine aller chercher hamburger à 3h du matin au fin fond de Paris ou des fraises au mois de Novembre. Tiens, une galette des rois, je mangerai bien une petite galette…

– Viens Primi’, c’est notre tour.

Je rentre dans la salle accueillie par une jeune femme en blouse blanche me demandant de me déshabiller.

Ok, complètement? C’est qu’on ne se connaît pas? Je souris à ce dialogue qui se forme dans ma tête et Chérichou me regarde d’une drôle de façon, il se dit peut être qe la grenadine attaque mon cerveau déjà bien secoué.

Je m’allonge, la lumière s’éteint, la séance peut commencer. Ne manque que le sachet de pop-corn pour être au top!

J’entends des grou-grou ressemblant au son émis avant qu’Armstrong nous raconter son petit pas sur la Lune. Puis un son plus sourd, régulier. Celui du cœur de crevette que je me plais à entendre lors de chaque rendez-vous chez Gygy. Une image apparaît, comme un gros haricot. La femme me dit:

  • Et voilà votre bébé.
  • Salut crevette, c’est Môman, ça gazouille là dedans?

Tiens un autre grou-grou. Qui veut dire oui?

Je tente un regard vers Chérichou qui doit être en train de se mordre la langue, je vois ses yeux humides et me dit que ça doit le piquer grave! On se sourit niaisement pendant que BlouseBlanche prend des mesures, en métronome avisée.

Elle nous demande si nous voulons connaître le sexe du bébé. Sans s’être concerté, nous répondons oui d’une seule voix. Elle nous dit que la crevette a les jambes écartées et que c’est une fille. Chérichou éclate de rire et je pouffe à mon tour. Elle commence bien, je dis. On se fait un clin d’œil en croisant le regard réprobateur de BlouseBlanche. Ils commencent bien eux, qu’elle doit se dire. A mon avis on a surtout beaucoup d’humour, très objectivement.

D’un coup elle éteint son appareillage, sans qu’on ait eu le temps de dire au revoir à Crevette. Elle doit vouloir écourter parce qu’elle n’a pas aimé notre blague. Elle me demande de me rhabiller en me tendant un papier serviette qui accroche et qui doit être vachement bon marché. Je m’écorche le bidon, pardon crevette, et me rhabille.

J’ai crevette dans les yeux au moment de tendre ma carte vital. C’est d’ailleurs ma carte Sephora que je tends à la secrétaire qui s’impatiente. Décidemment, ils devraient se détendre un peu ici, ressort avec Chérichou dans un état second, un sourire niais accroché à nos lèvres qui ne nous quittera pas de la soirée.

Je suis Primijolie, super-maman en devenir d’une crevette qui n’est pas pudique, que j’aime déjà, qui aura peut être un humour douteux mais qui nous fera toujours rire.

Ecrit par Cécile: retrouvez toutes ses aventures: http://lemaledemere.fr/cat/primijolie

%d blogueurs aiment cette page :