Paste your Google Webmaster Tools verification code here

“Deux positifs, c’est peut être une erreur dans le lot de tests.

Ou pas

Si ça se trouve je suis vraiment enceinte. Comment je vais finir cette journée avec les demandes des clients qui s’entassent. Je rêvasse et ne suis pas efficace.

Faut que je le note dans mon appli! Et que j’appelle le docteur pour faire une prise de sang. Le doc ou le centre de prise de sang, ça y est, ma vie se désorganise et devient un enfer! Elle est où cette appli’ jaune qui me trouve les numéros, non, pas la Toutouyoutouuuuuu, l’autre, la plus sérieuse sans pub rigolote?

 

– Bonjour Madame, j’appelle pour faire une prise de sang, je crois que je suis enceinte (comment je me la pète, ça me va bien le “je suis enceiiiiinnnte”)

-Pas besoin de rendez-vous, a jeun, demain, sans avoir été aux toilettes avant, c’est bien noté?

-… J’ai sûrement un locataire dans le bidou mais je ne pense pas qu’il ait déjà bouffé mes neurones

Ça c’était la réponse parfaite

Mais j’ai simplement bégayé : oui m’dame.

 

Demain soir je serais fixée. Faut que j’appelle Mélodie. Oui mais si j’appelle Mélo, faut que j’appelle Carine. Et si j’appelle Carine, elle le dira à Yannick qui préviendra Chérichou. Et ma surprise sera fichue.

Bon je garde ça pour moi. Sauf si je parle pendant mon sommeil, auquel cas il saura. Merde, faut pas que je dorme. Alors il me faut du café. Ah non, non plus. Une série, une bonne série alors.

Faut surtout que je me calme.

Une dernière cigarette, parce que bon c’est pas encore tout à fait officiel, je suis pas sûre encore. Une cigarette, un café. Après je ne mangerai que des yaourts bio et des œufs de poules élevées en plein air.

Faut vraiment que je me calme, ou que je fasse un troisième test pour être définitivement sûre? C’est quand même le pharmacien qui va peut-être déposer le bilan à cause de ma grossesse, il se réjouissait de mes échecs, j’en suis certaine. A chacun de mes passages, il devait regarder les voyages en tout inclus à l’autre bout du monde. Maintenant, il va me maudire, il regardera les promos à Berk- Plage et oubliera la Thaïlande.Ou bien y aurait-il d’autres filles aussi névrosées que moi qui prendront le relais ? »

 

La journée passe, j’ai l’enveloppe entre les mains. Je tends fébrilement ma carte Vitale. Elle ne lâche rien, pas un sourire, pas un regard complice. C’est peut-être négatif. Je sors de la et déchire l’enveloppe. Des chiffres, des mots que je ne connaissais même pas. Mais en y regardant de plus près, c’est… c’est… Mais c’est positif !!!!!!!!

Les fesses en l’air ont payé. Maintenant, elle peut bien l’avouer, elle les a encouragés, les spermatozoïdes. Bravo les gars, bon travail d’équipe: un pour tous et tous pour un! Y’en a quand même un qui s’est surpassé, qui n’a pas fait sa feignasse. Un qui était prêt pour le Mont Ventoux.

Chérichou a pleuré, normal ma mise en scène était parfaite. Les copines ont déjà prévu une Baby Shower, et presque l’inscription à la fac du petit haricot qui pousse dans mon ventre. Tout est parfait.
Tout sauf la tonne de choses que je dois organiser.

Je dois aller annoncer à la terre entière ma grossesse : La CAF, la sécu, mon gentil patron. Je dois prendre mille rendez-vous d’échographies, les caler avec gygy dont le cabinet est devenu mon second chez moi. Je pense d’ailleurs à lui suggérer deux ou trois changement niveau déco et un renouvellement de ses lectures, parce que relire la Mort de Mickaël, merci mais non merci.

Tout ça dans un timing parfait, aussi bien régler qu’un opéra à Garnier, évidemment, la grâce en moins, la graisse en plus…

Fallait que je vous raconte une chose super importante, e je babille sur des futilités !

Les copines ont sauté de joie quand je leur ai appris la nouvelle, renversant presque les tables voisines de notre resto favori du 9ème. Je me suis demandé dix fois, comme elles d’ailleurs, elles me connaissent si bien, par quel miracle j’avais bien pu réussir à tenir ma langue moi qui maquerelle tant d’habitude. Genre c’est mon genre. J’ai levé un sourcil puis accueillis dans mes bras Mélo qui avait la larme à l’œil.

Je rejoins le groupe des mamans, moi qui en deviens une à chaque seconde qui passe. Chacune y va de son conseil, parfois avisé, souvent moisi mais ça je le garde pour moi.

Elles me rappellent que le temps de l’insouciance est bien derrière moi, mais que je peux faire semblant et que les responsabilités peuvent encore, pour quelques instants, glisser sur mes épaules. Carine me dessine sur une serviette de table un tipi et nous partons toutes dans un fou-rire incontrôlable.

Cette histoire date de 10 ans mais me poursuivra toujours. Une aventure, dans un tipi avec un amérindien, ça ne se refusait pas à l’époque. Il fallait que je le fasse pour avoir ce souvenir. Ça ne se vit pas tous les jours: Un amérindien, un tipi, un feu. Un bon souvenir et une bonne tranche de rigolade à chaque fois que les copines en parlent.

Du coup soyons folle c’est champagne pour nous toutes enfin toutes sauf moi. La solidarité dont elles peuvent faire preuve s’évapore comme par magie. Les joies de la grossesse fini les coupettes pour moi dans les 9 mois à venir.

La soirée durera plus longtemps que d’habitude car ce soir c’est la fête…

Ecrit par Cécile: retrouvez toutes ses aventures: http://lemaledemere.fr/cat/primijolie

%d blogueurs aiment cette page :