Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Primijolie reste les fesses en l’air pendant que Chérichou prend une douche. Elle a lu sur internet que ça aidait les spermatozoïdes à trouver leur chemin, de faire le poirier. Selon elle, ça sert surtout à anéantir tout son sex-appeal. Si elle ne se sentait pas ridicule dans cette position, elle irait même jusqu’à les encourager. Mais Chérichou pourrait être planqué en train de filmer. Elle en profite pour remplir la petite case dans l’application: coït du jour: OK. Si cette fois était la bonne, elle aurait une fille. Une petite crevette pour qui elle dévaliserait les magasins. Elle aurait une garde-robe que même sa mère envierait. Le monde entier s’extasierait sur sa bouille… Tout le monde sauf les garçons, entendons nous bien. Elle parlerait plusieurs langues, aurait un job qui l’emmènerait à New York, Singapour ou Tokyo, et elle traînerait sa vieille mère de temps à autres avec elle histoire de faire du shopping ensemble, de boire un thé en mangeant des macarons en parlant garçons. En parlant de quoi? Ne t’emballe pas Primi, la crevette serait pleine de discernement face à ces chenapans, elle ne se ferait pas avoir et ne s’encombrerait pas ‘un cœur d’artichaut.

Elle ira en fin de compte se doucher à son tour puis s’endormira pleine d’espoir.

Elle repensera durant les jours suivants à ces moments de complicité futurs, elle espérera, puis se ravisera, n’en parlera pas.

Et les jours ont passé, elle a refait le poirier. A de nouveau espérer aussi.

“5 jours de retard! A force, le pharmacien m’a proposé de mettre en place une carte de fidélité, rien que pour moi. J’ai bien le bidon qui tiraille mais… C’est peut être la salade de chou du japonais de ce midi. Le matin au réveil, les filles disent toutes que c’est plus efficace, je viserai comme je pourrais la petite languette demain matin avant que Chérichou ne se lève, sans dire que je m’en fous plein les doigts et guetterai encore une fois pour ne voir apparaître qu’une seule et déprimante barre. Maintenant, je connais toutes les marques et toutes leurs barres : horizontales, verticales. Les temps d’attente aussi. Je pourrais monter un site comparatif, comme pour les vols ou les assurances.

Zut, le temps passe trop vite et je rêvasse, je vais encore finir de me maquiller dans les toilettes du boulot, les filles se moqueront de moi mais envieront la précision de mon geste. Depuis l’adolescence j’absorbe les conseils beautés d’abord des magazines, puis des vidéos sur internet. Maintenant, il n’y a que le trait d’eye-liner dans le train qui m’échappe. Enfin plutôt, c’est le trait qui ne veut pas coller parfaitement à la ligne de ma paupière. Il se défile toujours.

Je m’éparpille, encore…

Putain j’ai oublié le test que j’ai fait ce matin, c’est l’habitude du négatif. Impossible de me rappeler dans quel endroit saugrenu il est parti se cacher. Il est peut être tombé sous le meuble de la salle de bain, je me souviens l’avoir emmené et avoir failli le prendre pour ma brosse à dents. Je déplace dans un geste brusque ce meuble premier prix, le pensant bien plus lourd et remplit, et je retrouve mon test noyé sous un océan de poussière. Hum, si je repousse le meuble assez vite, mon cerveau n’aura pas le temps d’enregistrer cette information et pourra donc nier être au courant. De toutes façons, Chérichou ne pousse jamais les meubles et s’il le fait, avec un peu de chances, mon ventre se sera arrondit et il ne voudra pas risquer que je me blesse. Enfin, dans l’hypothèse où il se préoccuperait du ménage…

Je suis sortie de mes pensées par un nouveau dessin apparu sur le test :

Flutain de saperlipopette, y ‘a deux barres! Faut que je regarde le mode d’emploi, peut être un nouveau système de résultats. Je pourrais leur envoyer des CV aux fabricants, je suis passée experte maintenant.

Deux barres : positif. Sérieux? Faut que j’en fasse un autre pour être sûre, il ne doit pas marcher celui-là. Je l’emmène pour ma pause pipi de 10h et le planquerai dans mon soutif’.

Flutain si c’est positif pour de vrai, va falloir que je fasse une prise de sang, que je prévienne Chérichou et les copines, que je prévois mon congé mat’, que je m’achète des vêtements de grossesse, que j’arrête maintenant l’apéro… Quoi ? Non, je n’ai pas bu un Mojito l’autre jour avec Chérichou, non, il y avait de la menthe, certes, du surcre, ok, de l’eau pétillante, évidemment mais… Ahhhh le truc blanc c’était du Rhum ?! Je ne savais pas, donc ça ne compte pas. Et bébé a dû dormir aussi bien que moi ce soir là, peut-être même rigoler autant !

Me voilà imaginant la tête de Chérichou quand je lui apprendrai, il pensera à une blague et ne me croira pas. Tiens comme dans les films, avec des pancartes devinettes, un dîner romantique pendant lequel je pourrai manger un fondant au chocolat, j’aurai le droit, y’a pas de rhum dans ces trucs là. “
Primijolie est encore en retard, elle a glissé son second test dans son sac en attendant de pouvoir le caler dans son soutif’ sans qu’il s’échappe, elle attend l’envie de pipi en buvant thé sur thé.

 

Ecrit par Cécile: retrouvez toutes ses aventures: http://lemaledemere.fr/cat/primijolie/

%d blogueurs aiment cette page :