Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Quand je dis que j’ai rencontré mon mari en Tunisie, dans un hôtel et qu’il était animateur, je vois les visages autour de moi changer d’expression. Il y a les étonnés qui lèvent le sourcil, ceux dont le coin de la bouche se soulève dans un moment de moquerie interne.

Le problème de ces autres ? C’est qu’après 4 ans de mariage et un Boubou de 8 mois, toutes leurs théories « j’ai-vu-un-reportage-superrrrr-bien-fait-sur-M6-ou-les-femmes-se-font-avoir-comme-des-gourdes » s’effondrent comme ma pâte à tarte d’hier.

Je forum (Oui, du verbe FORUMER, parfaitement, c’est moins à la mode que blogguer mais j’y travaille) depuis maintenant 5 ans, sur le sujet. Des couples, j’en vois passer autant que lorsque je m’assois pendant 1h30 à une terrasse, lorsque le soleil pointe (d’ailleurs toi, REVIENNNNNS). Des couples sincères, oui, et d’autres moins, c’est vrai.

prince_et_princesses

Ici en tous cas, malgré toutes les hésitations et les non-vœux de long bonheur, on trace notre petit chemin de traverse.

On me demande souvent  ce qu’il faut faire pour que ça marche. Ce melting-pot ne s’explique pas, il se construit pas à pas, dans la joie, mais pas que, faut bien en être conscient.

Parce que mine de rien, ce qu’on fait dans le contexte actuel, c’est comme courir un marathon, y a besoin de préparation, de souffle et de courage !

On s’aime ça oui, pour se marier, c’est évident. Mais comme beaucoup, je n’ai appris la vie à deux, le vrai quotidien, qu’une fois mariée avec mon mari fraichement débarqué de l’avion. On vit dangereusement !

On balaye tout à ce moment là, on fait table rase pour s’inventer une nouvelle culture, qui mixerait à la perfection nos convictions-façons de vivre-éducation. On a de la chance, ça a marché ici. Car ce n’est plus vraiment l’attrait des papiers qui fait capoter ces couples, c’est bien souvent le quotidien, le vrai (pas celui sous les cocotiers/carte postale/mode vacances).

On s’aime mais un peu plus. Y’a une petite plume en plus dans notre couple, que les autres n’ont pas : cet acharnement administratif dont on a dû faire preuve pour s’unir et prouver que oui, c’était pour de vrai ! On en sort grandit (Peut-être comme ces couples qui adoptent un enfant ?)

Pour faire plus léger, ici, c’est camembert ET harissa à la même table, couscous ET blanquette, vacances au bled en tongs ET djellaba, où je cuisine pour mes beaux parents un bœuf bourguignon revisité.

Mon Ramfouss aura cette chance de grandir avec 3 cultures : celle que je lui transmettrais, celle de son papa, et celle que nous avons inventé dans notre chez nous.

Les Melting-pots, ça sent bon, c’est coloré, c’est comme ça chez nous, ça rend généreux !

%d blogueurs aiment cette page :