Paste your Google Webmaster Tools verification code here

On a toutes rêver la maman idéale que nous serions le moment venu. Et maintenant, dans le vif du sujet, sommes-nous toujours cette mère parfaite dont nous rêvions?

 

Aujourd’hui, c’est un tout nouveau format des Tables Rondes de Mam’s. Chacune sur son blog nous a livré son expérience.

Blandine, du blog Moi Petite Maman, vous livre son expérience, CLIQUEZ ICI

Véronique, de Poupette Word, nous livre un témoignage poignant ICI

Et Natacha, toujours présente, toujours de bon conseils en CLIQUANT LA

 

Mais comme j’aime les partages entiers, complets, je donne aussi ici la parole à une maman qui ne blogue pas. Enfin, qui ne blogue pas… Elle est avec moi, dans l’ombre de l’aventure du Mâle de Mère, elle oeuvre pour le blog, pour vous, pour moi. Solène rejoint donc le blog, plus officiellement, vous pouvez la découvrir EN CLIQUANT ICI.

Voici donc sa contribution à la table ronde de ce mois:

Je me suis vue mère à 20 ans. Ancrée dans une relation longue, déjà je m’imaginais maman, en parlais, me projetais.
Puis, changement de vie, nouvelle rencontre.
j’ai repoussé l’échéance, me voyant maman à 25ans, pour finalement privilégier les voyages et ma carrière professionnelle.
J’ai fêté dignement mes 30 ans par un sublime saut en parachute à plus de 4000 mètres d’altitude !
Comme un défi que je me lançais à moi-même et que j’ai réussi.
Je fus finalement maman juste avant mes 32 ans.
Mon couple suffisamment consolidé, ma carrière aboutie et proche de mon objectif, une certaine maturité atteinte, je me suis lancée dans la grande aventure de devenir en plus d’une femme, une maman.
12 ans que cette idée traversait mes pensées, parfois rapidement, parfois de façon plus intense.
De quoi avoir largement le temps de m’imaginer « maman » n’est ce pas ?
Un mot qui a tellement d’intensité qu’on en rêve, qu’on l’appréhende, qu’on jalouse par moment et qui un jour sort de la bouche d’un petit être qui devient notre centre de gravité.
A 20 ans ? je me voyais maman jeune, dynamique et plutôt cool. Une maman à la mode. Pour qui les nombreuses années de babysitting viendraient apaiser les appréhensions et les doutes.
A 25 ans ? je me voyais maman comme certaines de mes copines déjà, plus réfléchie, avec des idées plus concrètes de l’éducation souhaitée, prête à surmonter un job et un bébé. Mais aussi bien consciente que la venue d’un bébé demandait une vie bien équilibrée et certains sacrifices personnels au moins pendant un temps.
Aujourd’hui à 33 ans ??? Je dirai..que je suis la maman que je suis, tout simplement !
La maman d’Emma 18 mois, que j’aime passionnément, qui lui prépare tous ses repas maison, qui s’est battue pour lui avoir une place en crèche, qui s’inquiète dès qu’elle est malade, qui après une journée de boulot catastrophique retrouve le sourire arrivée à la maison, qui voyage toujours à l’étranger mais avec elle et moins loin pour le moment, qui craque en voyant chacun de ses progrès. Une maman qui doute aussi et qui se remet en question régulièrement.
Une maman qui a finalement pris un congés parental de 3 mois sans hésitation et qui est repassée assistante pour être sûre de rentrer assez tôt à la maison.
Une maman épanouie qui n’essaye pas d’être parfaite mais de faire au mieux.
Qui est aussi cette maman grâce au papa génial qui l’accompagne dans tout depuis le début.
Une maman qui se dit juste qu’elle ne sera jamais cette maman jeune qu’elle imaginait et que tout son entourage imaginait aussi !
J’ai pris le temps, biensur qu’à 33 ans nous sommes encore jeunes, belles et ultra actives mais au loin j’entends un son… Tic tac… Tic tac… Et si tu en voulais un deuxième… voire un troisième… Chère maman il ne faudra pas trop tarder.

Solène

 

 

 

Stéphanie, du blog la Mère Dodue ( CLIQUEZ ICI), est une femme formidable que cette incroyable aventure m’a permis de rencontrer. C’est une plume juste qu’elle nous livre, qui j’espère vous touchera autant qu’elle m’émeut, voici la maman idéale qu’elle est devenue:

 

Encore un sujet « touché coulé » offert par Cécile du « Male de mère » à ses lectrices contributrices, pour ce deuxième épisode de la « table ronde de mam’s ».

« Touché coulé » car mon rôle de mère je le remets en question tous les jours.

Je m’imaginais une mère ouverte, douce, patiente. Une mère qui sentirait, qui saurait, qui anticiperait. Une mère qui permettrait tout en protégeant, qui profiterait de chaque instant. Une mère altruiste, une mère aimante, une mère épanouie, une mère présente mais non étouffante, une mère sure d’elle et de ses enfants.

Une mère aboutie, une mère rêvée en fait.

A la place, mes enfants auront eu une mère épuisée, une mère hurlante, une mère jamais sure de ses choix, une mère effrayée, une mère surprotectrice, une mère qui coule, une mère qui pleure.

Mais aussi une mère qui s’essaie comme elle le peut à la bienveillance, une mère câline, une mère ouverte, toujours, une mère drôle, une mère généreuse, une mère aimante, une mère qui se remet en question, une mère qui sait s’excuser. Une mère qui aime.

Une mère en apprentissage en fait.

Si je devais changer des choses, je jetterais ma colère qui monte trop vite et la remplacerait par mes sourires parfois absents.

Pour le reste, je continuerai à laisser sortir la bonne personne que je suis à leur contact. Je leur laisserai toujours un espace d’échange, de paroles, de rires, de pleurs et mes bras pour s’y loger. J’apprendrai à lâcher la bride pour les laisser expérimenter également leurs erreurs et saurai les accueillir pour les en consoler.

Une mère en construction, toujours.

Une mère aimante, à jamais.

Une mère, éternellement.

Stéphanie
%d blogueurs aiment cette page :