Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Je vous jure, on peut vivre en 2015, à Paris, travailler, ne plus fumer (ce qui inclus de  louper pleins de ragots du coup) et n avoir jamais aimer le café.

Je le vis bien hein… sauf quand j’entends le prix du thé dans les brasseries, et qu’il est encore trop tôt pour un petit coca.

 

Je l’ai bien vécu, lors de mon premier entretien pour le stage de mes rêves, il y a quelques années. Comment refuser ce café? je ne le refuse pas et me retrouve avec une tasse dans la main qui sent la mort et me donne envie de gerbouiller gentiment. Mon estomac dit stop, quand mon cerveau lui ordonne de faire un effort.

Mais il est comme le reste en moi, un peu borné le bougre.

La place stratégique d’à coté de la plante est libre, pis je sens qu’elle a soif, elle. Je prie pour être encore là dans quelques semaines et voir son indigestion de kawa!

Elle n’a jamais été aussi belle qu’avec mon café!

 

Je le vis super bien, hein, au réveil. Mon thé fait l’affaire! les 5 suivants aussi!

je n'aime pas le café mais tout va bien

Je le vis bien hein…quand je ne sais pas quoi boire alors que la question est si évidente pour le reste de la populasse.

Je le vis super bien quand je vois le prix des capsules de Georges-What-Else. Jamais je ne serais celle a qui il amènera une tasse. (Vous levez les sourcils? oui moi aussi, ne pas aimer le café ne veut pas dire qu’on ne peut pas rêver!)

 

Je le vis bien… quand je dois justifier a tout va ce trait tordu de ma personnalité comme si c’était une tare. Ces grands yeux me dévisageant, a chaque fois. Non je n’aime pas le café, oui je suis grande, non ça n’a rien à voir et oui, je vis bien et n’ai aucune carence, merci d’assurer le check-up!

 

Je le vis bien… mais si vous aviez une solution… pas pour moi hein! pour que ça arrête de déranger les autres plutôt!