Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Je ne suis pas une bonne cliente pour toi.

Enfin si sûrement de part ce que je représente, pas seulement moi mais ma famille entière et une bonne partie des gens qui m’entourent, puisque nous avons fait de notre vie un gigantesque Glougiboulga: Musulman, Catholique, nous avons même décidé, pauvres fous que nous sommes, de faire un enfant et de l’élever dignement dans ce gentil bazar. Tu dois pouvoir te gratter la tête et la barbe en te demandant comment agir avec des gens comme nous, qui en plus vivons dans « La capitale des abominations et de la perversion-je -ne-sais-pas-quoi ».
Je suis désolée de te le dire, mais même si ma tête ne me revient pas tous les jours (et aux autres non plus) je ne suis pas décidée à la cacher aux yeux de tous, ni à renoncer à quelques menus plaisirs que je m’offre et que tu vomis dans le seul but que tu nous foutes la paix. Je ne suis pas non plus prête comme tu sembles l’attendre avec tant d’impatience à condamner tous ces hommes et ces femmes qui vivent auprès de moi mais ne nomment pas le Tout Puissant tout à fait comme moi.

Je te fais là une confession, nous Le nommons de bien des façons à la maison et il m’arrive d’y mélanger un peu des conseils qu’Il nous à laisser, nous laissant de bons moments de partages qui doivent te sembler bien étrangers (mais je suis prête, dans un élan de bonté, a t’initier au concept de Couscous Pascal que nous avons développé mais pas encore breveté). Heureusement , Il avait tout prévu en écrivant l essentiel partout de façon simple: tu ne tueras point. Et allez, parce que je suis vraiment généreuse ces temps ci, un petit rappel spécialement pour toi:

Sourate 5, verset 32:

Celui qui a tué un homme qui n’a commis aucune violence sur terre, ni tué, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Celui qui sauve un seul innocent, c’est comme s’il avait sauvé l’Humanité toute entière

Merci, grâce à toi, au fin fond de l’horreur, des hommes et des femmes ont sauvé l’humanité, mille fois!
Loin de moi l’idée de vouloir faire passer mon prochain pour un idiot, mais comme tu n’en fais pas partie, je vais me permettre une petite familiarité: que ne comprends tu pas dans ce concept, dans ces mots?

Ce que tu es présomptueux de croire que Dieu te commande de tuer à Sa place, en Son Nom et avec Son Aide. Mais également de croire que nous allons nous laisser berner en nous entretuant.

Ton calendrier n’est pas raccord avec le mien, ce n’est pas ici la fin du monde, il serait donc de bon ton que tu me laisses en profiter comme bon me semble.

Mais une chose est bien notée dans mon agenda, et je me dois de t’envoyer l’événement:

Si ce n’est pas demain, ce sera les jours suivants, le temps que ma peine regagne ses quartiers retranchés, mais sois sûr de me retrouver en terrasse avec mon enfant (mécréant quoi qu’avec moitié à tes yeux), qu’il y jouera et observera les passants de son air innocent en me disant « c’est qui ça maman? ». En fait c’est chose faite depuis aujourd’hui, je le confesse, entre nous, non loin de là où tu as cru nous mettre à genoux.

Je vais te laisser t’embourber et t’effondrer, j’ai une vie à dévorer, des terrasses à fréquenter, des refrains a siffloter même si je regarderai un peu par dessus l’épaule de mes amis, ne t’en fais pas, on survivra, et on survivra BIEN.

%d blogueurs aiment cette page :