Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Tu prends la place d’une année bien moisie, surtout si je regarde le côté collectif de ce souvenir. Des fous, des morts, des décisions dans les hautes sphères qui ne ressemblaient à rien. 2016 aura été l’année des cons, des imbéciles qui ont donné un peu trop de voix. Georges Michael a rejoint Prince, qui devait déjà faire la teuf avec les vieux de la vieille. Nous reste Trump, Poutine et Mireille Mathieu.

Voilà le topo.

 

Alors s’il te plait 2017, ne renchérit pas dans la médiocrité, offre nous du grandiose, au moins au niveau personnel parce que le reste à l’air trop mal engagé pour que l’on pari dessus.

Point de liste au père Noël, je te la réserve à toi. Ne sachant pas ou l’envoyer, je la poste ici. Avec un peu de chance, elle sera partagée et tu nous feras l’honneur de prendre en considération ces quelques requêtes:

  • Puisque les caisses sont vides, offre nous un peu de reconnaissance du travail accompli chaque jour, que ce soit au bureau ou à la maison.
  • La fessée étant officiellement interdite, fais donc en sorte que nos enfants soient sages en public au moins, que l’on ait plus à se taper les regards et les réflexions des vieilles mégères.
  • Des maris qui feraient un peu plus le ménage et un peu moins de réflexions sur ce qu’ils ne font pas ne serait pas un luxe.
  • Des copines qui ramènent une bouteille dès que le son de notre voix nous trahis.
  • Une humanité un peu moins déglinguée, ce s’rait bien aussi, ça.

 

 

  • Si l’on pousse un peu, tu pourrais aussi nous donner des corps que l’on aime, sans avoir à faire trop de sport et en pouvant se taper un carré de chocolat sans que l’on soit prises de sueurs froides, et des poils qui ne repoussent pas.

Plus sérieusement, pour 2017, ce qui serait bien, c’est que l’on se mette à préférer un regard bienveillant de nos proches plutôt que la reconnaissance d’inconnus. Prendre le temps d’avoir le temps. Reconnaître les petits signes que la vie nous envoie au lieu de nous entêter parce que le changement, c’est flippant. Laisser le spontané nous envahir pour grandir de rencontres, d’échanges et de partages.