Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Vous commencez à connaître mon addiction pour l’humour cinglant.

Mais aussi mon envie de détendre les mamans qui doutent,  rassurer celles qui ne se pensent pas parfaite. Dans la joie, le rire, les coups de gueule.

Vous me pensez parfois sûre de moi, de mes choix. Et pourtant. Avant d’être maman, je ne l’étais pas. Une personne m’a aidé à assumer les choix de la maman que je voulais devenir, et de la femme que je voulais rester.

Ma gynécologue (Coucou Christilla) est une Wonder-gygy. Parce qu’elle dédramatise, qu’elle donne confiance en elle à des patientes qui doutent de tout. Parce qu’elle est investie, terriblement drôle et incroyable juste dans ses mots.

Je l’aime d’amour? Bah dis donc, on est intime quand même, elle sait des choses que je ne dirais à personne.

humour gynécologue

crédit: www.blog2rire.fr

Comme à chaque fois que je la vois, je prends ma dose de petits mots qui changent des choses en moi.

 

Cette fois ci, j’avais envie de partager avec vous une de ses dernières petites pensées. Nous parlions allaitement, co-dodo, « bienveillance » et « maternage », autant de termes qui évoquent surtout en moi de longs débats entre mamans. Nous échangions donc sur la difficulté d’être à l’aise dans ses choix. Puis, comme toujours dans ces cas là, l’air de rien:

Cécile, deux choses sortent de nos vagins, le bébé, et toute la culpabilité qu’engendre notre nouveau rôle de mère.

 

Et comme d’habitude, sa petite phrase est restée dans ma tête.  Elle ne le sait pas, Christilla, mais ses petites phrases me transforment à l’intérieur en super-wonder-woman qui serait cap de porter des bas, des Louboutins, son Ramfouss dans un bras, son ordi-boulot dans l’autre main et le repas (même pas en train de brûler) sur le feu.

Rien que ça, ni moins, mais parfois un peu plus encore.

Aujourd’hui, elle s’en va, elle traverse une mer pour donner la flamme à d’autres femmes outre-manche (mais en vérité, elle a un défi, c’est de gérer bébé 3 de Kate & William)

 

Si je devais avoir une fille, j’aimerais qu’elle soit suivi par un médecin comme elle, qui dès le début lui donnera confiance en elle, en ce qu’elle est, et en la femme qu’elle veut devenir.

humour gynécologue

 

Christilla, dès que Kate est dans votre cabinet, je viens vous rendre visite avec une demi-bouteille de Champ’

rien n'est impossible

 

%d blogueurs aiment cette page :