Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Ce soir, la sortie de l’école a été violente, aussi bien pour Boubou que pour moi.Boubou est très copain avec un petit dont les parents, depuis 2 ans, siègent dire bonjour au personnel comme aux autres parents.

Ce soir, comme d’autres soirs, Boubou a attendu son copain pour faire un bout de chemin ensemble.

Le papa, qui ne m’avait jamais adressé la parole, me dit d’un ton très autoritaire que mon fils mordait le sien, parfois au sang et que ça ne pouvait plus durer.

Ma réaction première a été la surprise, parce que je n’avais pas de retour négatif sur le comportement de Boubou depuis longtemps. Je lui ai dis que j’allais en discuter avec lui.
La suite a dépassé tout ce que j’avais pu imaginer de pire de la part d un autre parent.
Boubou a fait le geste de poser la main sur l’épaule de son fils, et le papa à lever. Le point en direction de mon fils. Oui, un adulte, levant le point sur un enfant de 4 ans.

Je tremble en l’écrivant.

Évidemment je me suis interposée, levant le ton en lui disant qu’il n’avait pas à avoir ce genre de geste. Il a hurlé

Hurlé que je devais dresser, oui dresser mon fils.

Qui lui partait en pleurant, traumatisé par le geste de cet homme.

En rattrapant mon fils, je l’entendais toujours hurler de dresser mon fils, me tutoyant.
Nous étions tous les deux choqués. Et sommes retourné directement à l’école pour signaler ce comportement et demander à l’équipe, enseignante et d’animateurs, d’être vigilants, très vigilants lorsque ce papa serait dans la même pièce que mon fils.
Je leur ai aussi fait part de ma surprise de ne pas être avertie d’une morsure au sang, comme le suggérait ce papa. Ils ont été aussi surpris que moi.
La suite n’est pas plus glorieuse.
En sortant du bureau, les parents étaient là.

Calmement , j ai donc redis à ce papa de ne plus jamais avoir ce genre de geste envers mon fils.

Il a de nouveau haussé la voix, pensant impressionner les mouches, le disant qu’il n’avait pas levé le poing mais s’était protégé du geste de mon fils.

Un enfant de 4 ans. Dans un autre moment, j’aurai presque sourit. Presque.

Et tout en me disant qu’il ne lui avait pas donné de coup de pied, il mimait ce geste à un mètre de nous, dans notre direction.
Le moment le plus choquant: ni la directrice de l’école, ni le Maître n’ont bougé. Rien.

Le père est parti, furieux, me traitant de menteuse.

La mère est restée. Passive. D’une passivité malsaine.
Mon instinct de maman m’a poussé à lui dire que non madame, un enfant ne se dressait pas, qu’un enfant s’élevait, s’éduquait, mais ne se dressait pas. Elle me répondit simplement qu’elle répétait à son fils que si l’on tapait un autre enfant, ce n’était pas son copain.
Est ce que ce papa apprend à son fils à se comporter comme lui?
Ce soir, j’ai de la colère en moi. Envers un homme qui s’est permis ce geste et ces mots. Parce que je suis une femme? Se serait il permis ce comportement face à un homme?

De la peine aussi, pour ce petit garçon qui se fait « dresser », qui n’aura pas grâce à ses parents une vie sociale épanouie.
Je n’ai pas de peur, parce qu’un fou est un fou, que j’ai vu la folie mélangée à la rage dans son regard et que je ne baisserai jamais les yeux devant ce genre d’individus
J’avais besoin de poser mes mots, en vrac, le ventre retourné. Je n’ai pas relu, mes sentiments et mes mots sont à chaud.

%d blogueurs aiment cette page :